#12 EKOVORES

C’est en cherchant sur le web les initiatives en faveur du développement durable des nantais que je m’arrête sur un site au titre singulier : Les EKOVORES.

Je me plonge alors dans la lecture et la découverte de photomontages loufoques et attrayants. Le site est interactif grâce à des maquettes signifiantes. Poussée par mon appétit d’en savoir plus, je décroche mon téléphone et j’appelle.

J’ai donc pu m’entretenir avec Victor MASSIP qui a évoqué avec ferveur les grandes idées et travaux  qu’il mène avec Laurent LEBOT.

Les deux protagonistes travaillent au sein de FALTAZI,  une agence de design industriel nantaise. Parallèlement à leurs activités, il est important pour eux d’œuvrer pour le service des villes et le développement rural, mais aussi de mettre le doigt sur l’éco-conception. Cette dernière mobilise plusieurs acteurs autour de la création d’un produit et de tout son cycle de vie. C’est une démarche de management environnemental centrée sur le produit.

Entrons dans le vif du sujet :

« Imaginer un cadre de vie novateur et futuriste optimum » : telle est l’envie de ces deux compères. Le site peut paraître ambitieux mais tout est détaillé et écrit avec enthousiasme. On en vient à se dire que tout cela pourrait être possible.

En 2009/2010 un premier projet fut lancé : celui d’EKOKOOK, dans le cadre de la valorisation et l’innovation de l’ameublement. Concrètement il s’agit d’un concept de cuisine qui aurait pour but de trier chaque déchet selon sa composition. Beaucoup de questions pour les déchets sont au cœur des problèmes de demain : Comment trier ? Compacter ? Valoriser les déchets ? Le but étant de gagner du temps et d’augmenter les produits collectés.

Une vidéo détaille très bien ce que pourrait être la cuisine de demain qui réduirait nos déchets :

Le problème que rencontre ces projets aujourd’hui sont bien sûr d’ordre financier. En effet, les études sont souvent mises au placard par des industriels bien implantés, qui trouvent ces innovations trop coûteuses.

Peu importe que l’argent soit au rendez-vous, l’ingéniosité ne s’arrête pas là ! Leur projet continue même sans commandes. D’où le recours à la simulation via du photomontage. Objectif de ces vidéos : séduire et rendre crédible leurs idées auprès d’un public décisionnaire.

Les protagonistes utilisent force détails pour convaincre. L’image de synthèse, la présentation extrêmement lisible et les plans appliqués rendent les prototypes plus vrais que nature.

En regardant de A à Z leur site et leur présentation de l’économie circulaire, on ne s’ennuie pas un seul instant ! Cette économie aurait pour but de faire fonctionner des quartiers grâce aux actions de leurs habitants. La création de petites fermes, friches, autour des centres permettraient d’établir une relation directe acheteur/consommateur. Ces relations de proximité favoriseraient l’échange et le partage : « Cela réduirait la pollution et les déchets donc cela coûterait moins cher », assure notre interlocuteurs.

« D’ici dix à quinze années, l’énergie sera de plus en plus chère et une pénurie serait à craindre », prévient Victor Massip. Cette perspective est le moteur de leurs travaux. « Il y aura également un problème avec l’alimentation, les denrées seront plus rares qu’aujourd’hui et c’est pour cela que le circuit court est pensé en vue de créer des intermédiaires et rémunérer davantage les petits producteurs que les gros distributeurs ( qui détiennent les trois quarts des richesses) ».

Remettre en selle les productions locales constitue donc un impératif. Au delà de l’aspect purement financier et de la qualité de ces produits, les relations humaines en sortiraient renforcées : le respect entre les uns et les autres est plus fort car la relation se fait en face à face!

Mettre en relation les acteurs des quartiers et créer un nouveau mode de production permettrait également la création de nouveaux emplois. « Des métiers de petits gestionnaires seront possibles grâce aux circuits courts, cela promet donc un avenir vertueux pour les emplois locaux ! » assure Victor Massip. Lui et Laurent Lebot dédient une rubrique aux exemples originaux de métiers sur le site. Vous y découvrirez les fructifieurs, les marmitions ou encore les érudits.

Les gérants de FALTAZI sont en relation avec l’association ATAO. Celle-ci pilote de nombreux projets pour la ville, dont l’aménagement de l’espace naturel, et s’intéresse aux recherches de Victor et Laurent. Ils sont par exemple actuellement en discussion pour 10 modèles de composteurs de quartiers.

Le SEVE à Nantes contribue aussi au projet. C’est un organisme permettant aux citoyens de se créer un petit jardin : « Ainsi chacun peu gérer ses légumes, ses déchets et donc fonctionner de manière opérante », commente-t-il. L’objectif est de susciter la curiosité et l’envie du voisin de créer son propre jardin. « Il y a donc un mouvement viral positif, les citoyens se prennent au jeu et une dynamique de terrain est enclenchée ».

Mais les Ekovores ne sont pas seulement de doux rêveurs… Il suffit seulement de confronter leurs concepts à la réalité. Prenons l’exemple du poulailler : celui que vous verrez sur les illustrations de Faltazi n’est pas complètement réalisable puisqu’une poule à besoin de 6 mètres carré pour vivre. Seules trois poules pourraient donc y cohabiter. De la même manière, la vraie hauteur ne pourrait être que le tiers de celle qui est présentée. Mais une fois de plus, cette présentation fictive a pour but de piquer la curiosité des internautes et se dire «  pourquoi pas » ?

« Le but est ici d’atteindre nos consciences, d’attirer notre attention et faire en sorte que nous nous sentions concernés », résume Victor Massip. En clair, le petit savoir de chacun est le trésor de tous.

Marie-Cécile DELAHAIS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s