#10 Les ruches en ville font le buzz

Après l’installation de la première ruche citadine de France sur le théâtre Graslin à Nantes, la formule essaime sur d’autres toits de la ville.

Elles butinent au dessus de nos têtes depuis plus de… 10 ans! À l’origine du projet des ruches en ville: Loic Leray, apiculteur et référent ligérien de L’Union Nationale des Apiculteurs Français (UNAF). «C’est une grande fierté d’avoir mis en place ce projet» confie-t-il. C’est l’un des protagonistes du programme “Abeille, sentinelle de l’Environnement”, l’une des initiative de sensibilisation du grand public initiée par cet organisme. Chaque bâtiment équipé de ruches est signataire de cette charte et s’engage ainsi à faire passer le message sur le péril de l’abeille.

Les toutes premières ruches sont apparues au sommet du Théâtre Graslin en 2003. Elles se sont ensuite multipliées au cœur de la ville, notamment à la cime de la tour de l’entreprise Brémont, sur l’île de Nantes. Plus récemment, des milliers d’ouvrières ont trouvé refuge dans six nouvelles ruches perchées sur le toit de l’hôtel de ville.

Anéanties par les pesticides

Objectif de ces installations : montrer que les abeilles peuvent mieux se porter en ville qu’à la campagne où elles sont décimées par les pesticides. «C’est un excellent moyen de sensibiliser la population», souligne Loïc Leray. Depuis près de 30 ans, les apiculteurs constatent de lourds dysfonctionnements auprès de leurs colonies et la production annuelle française de miel est passée de 32 000 tonnes en 1995 à 20 000 tonnes en 2009.

Le déclin des butineuses est cependant de plus en plus connu des Français et particulièrement des Nantais. «Nous avons le sentiment d’être soutenu par le grand public», commente Loïc Leray. Moins par le gouvernement qui peine, selon les apiculteurs, à trouver des solutions. «Nous sommes complètement démoralisés malgré dix sept ans de combat», poursuit-il.

L’initiative des ruches en ville à encore de beaux jours devant elle. Contacté par le gouvernement, Loic Leray prévoit d’installer des ruches sur le toit de Matignon et pourquoi pas sur celui du ministère de l’Agriculture. Des abeilles jusqu’au plus haut sommet de l’Etat? Oui, à condition qu’il s’engage à mieux les protéger…

Pauline Pralong.

Publicités

Une réflexion au sujet de « #10 Les ruches en ville font le buzz »

  1. Ping : 50 shades of Green : le blog "écolo" de Nantes | SciencesCom Nantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s